L’ABBL et l’Université du Luxembourg lancent un nouveau projet de recherche

ABBL Published 14.06.2017

Le 30 mai dernier, l’ABBL et l’Université du Luxembourg ont signé un accord sur un nouveau projet de recherche relatif au développment d’un prototype basé sur la « DLT».

Le 30 mai dernier, l’Association des Banques et Banquiers, Luxembourg (ABBL), la Fondation ABBL pour l’éducation financière et l’Université du Luxembourg (SnT) ont signé un accord sur un projet de recherche relatif au développement d’un prototype basé sur la « Distributed Ledger Technology» (DLT, connu sous l’appellation « blockchain ») et de l’analyse de données en matière  de KYC (« Know Your Customer »).

Selon Serge de Cillia, CEO de l’ABBL et Président de la Fondation ABBL pour l’éducation financière : «Ce projet est une belle démonstration de l’émergence de l’innovation dite ouverte où le processus d’innovation se base sur le partage de connaissances par des partenaires qui collaborent pour un objectif commun. »

Les signataires de cet accord ont prévu de mener un programme de recherche collaboratif avec le SnT, Centre interdisciplinaire pour la sécurité, la fiabilité et la confiance de l’Université du Luxembourg en vue d’élaborer de nouvelles solutions technologiques concrètes au bénéfice des acteurs de la place financière.

Cet accord fait partie du programme de partenariat du SnT, comprenant actuellement 34 partenariats avec des organismes publics et privés, répondant aux principaux défis auxquels sont confrontés l’industrie et le secteur public dans le domaine TIC. Les concepts qui en résultent présentent un véritable avantage concurrentiel durable pour les entreprises au Luxembourg et au-delà.

Les parties ont convenu de contribuer au projet dans le but de développer et tester les approches conceptuelles de cas concrets de KYC dans le secteur des services financiers. Ce projet ambitieux d’une durée de quatre ans débutera en juin 2017 et devrait se poursuivre jusqu’en mai 2021.

Le projet a été sélectionné parmi plusieurs propositions de recherche par les membres du Digital Banking and FinTech Innovation Cluster (DBFI) de l’ABBL et validé ensuite par l’ABBL et la Fondation ABBL pour l’éducation financière compte tenu de son importance pour l’ensemble de la communauté bancaire au Luxembourg.

La fonction KYC consiste à identifier et à vérifier l’identité des clients des institutions financières, tandis que la DLT est une technologie permettant de mettre en œuvre des « bases de données sécurisées et distribuées » dont la vocation est de conserver de façon non modifiable des enregistrements des institutions financières au sens large du terme (données clients, transactions, contrats, etc.).

Cette initiative de recherche permettra aux opérateurs de la place financière de recourir à des méthodes performantes d’identification des clients.

Selon Yves Maas, Président de l’ABBL : « La réglementation KYC prend de plus en plus d’importance pour les banques qui doivent s’y conformer. En revanche, le KYC demeure une composante importante de la structure des coûts des institutions financières ; c’est donc l’occasion pour notre secteur de relever ce défi ».

« En ce qui concernent les FinTech, il y a une forte demande de qualifications de haut niveau, dont nous ne disposons pas toujours. En outre, il s’agit d’un domaine en évolution permanente qui nécessite créativité et idées novatrices », dit Jean Hilger, Head du ABBL-DBFI Cluster.

Le Professeur Björn Ottersten, Directeur de SnT, a quant à lui souligné l’importance de ce partenariat. «Réunir des partenaires aussi bien publics que privés pour collaborer sur des sujets stimulants et créer une propriété intellectuelle est au cœur de ce que nous faisons au sein du SnT. Ce projet favorisera la compétitivité du Luxembourg dans un secteur aussi important pour notre économie ».

L’Université du Luxembourg, via le SnT, a désigné le Professeur Björn Ottersten comme Directeur du programme pour le projet. Le volet « recherche scientifique » sera assuré au sein du groupe de recherche SEDAN du SnT, dirigé par le Dr Radu State, en collaboration avec le Dr Zsofia Kraussl, de la Luxembourg School of Finance (LSF).

Marc Hemmerling, General Counsel Digital Banking, FinTech & Payments de l’ABBL assurera le suivi du programme pour le compte du DBFI et de la Fondation pour l’éducation financière.