En donnant vos informations personnelles, vous contribuez à la lutte contre les opérations illégales, telles que le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Les banques ont une obligation de vigilance, pour détecter les opérations illégales : blanchiment d'argent, financement du terrorisme, fraude fiscale, corruption... La loi impose donc aux banques de connaître leurs clients et de savoir à qui appartient l'argent déposé sur un compte bancaire. 

Vérifier votre identité

Les comptes anonymes ou sous un faux nom ne sont pas autorisés. C'est pourquoi votre banque a besoin d'informations permettant de vous identifier clairement : nom, prénom, nationalité, date et lieu de naissance, état civil, adresse, profession, numéro de registre national. La banque peut vous demander votre carte d'identité et, le cas échéant, votre carte de résident.

L'origine des fonds

En tant que client, vous devez être en mesure de justifier l'origine de l'argent qui se trouve sur votre compte : revenus, épargne, loyers, héritage...

De plus, lorsque vous effectuez un virement, votre banque doit connaître l'identité du bénéficiaire, a minima avec son numéro de compte bancaire. Et ce, en particulier pour les transactions dans l'Union européenne.

En cas de transaction inhabituelle, la banque doit également vérifier la provenance des fonds.

Que deviennent vos données ?

Votre banque est soumise au secret professionnel et conserve soigneusement vos données. Si vous décidez un jour de fermer votre compte bancaire, sachez que la banque est tenue de conserver vos informations pendant 5 ans.